Tu es victime d'homophobie ou de transphobie ?
Ta famille ne te comprend pas, tu es rejeté ?
Tu ne sais pas vers qui te tourner ?

Sondage BVA pour Le Refuge : Les Français et la lutte contre l’homophobie
Juil 29

Sondage BVA pour Le Refuge : Les Français et la lutte contre l’homophobie

Découvrez les résultats de cette enquête réalisée gracieusement par BVA pour Le Refuge sur les attentes des Français en matière de lutte contre l’homophobie, que ce soit par l’État ou par les entreprises.

Les Français et la lutte contre l’homophobie

Les Français très favorables à l’amplification de la lutte contre les propos homophobes et à l’implication de l’Etat pour soutenir les missions d’accompagnement

90% des Français considèrent qu’il est important de lutter contre la banalisation des propos homophobes en France. L’opinion est également quasi-unanime sur une implication plus nette de l’Etat : • sur le plan du soutien aux programmes d’accompagnement. Pour 84% des Français, l'Etat doit soutenir la mise en place de dispositifs d'accueil spécifiques pour les jeunes rejetés par leurs parents en raison de leur homosexualité, • sur le plan juridique. Pour 82% des Français, les propos homophobes doivent être plus sévèrement condamnés qu’aujourd’hui. Dans un contexte de fortes réserves sur l’accueil des migrants en France, 58% des Français estiment que la France doit faciliter l'accueil des jeunes migrants persécutés dans leur pays en raison de leur homosexualité.

Pour lutter contre l’homophobie, des attentes d’implication plus fortes de l’Etat et, surtout, des entreprises

Signe d’une forte volonté que la lutte contre l'homophobie soit une thématique portée par des acteurs institutionnels, les attentes d’implication à leur égard se révèlent assez fortes. 72% des Français jugent que les entreprises ne s’impliquent pas suffisamment pour lutter contre l’homophobie, un résultat qui indique le potentiel de progression qui existe encore dans la prise en compte de cette thématique par le monde professionnel, un jugement plus fortement émis par les employés et ouvriers (79%) et par les femmes (79%). 72% des actifs considèrent également que les entreprises ne s’impliquent pas suffisamment pour lutter contre l’homophobie et notamment 76% des salariés du privé contre 68% des salariés du public. Seuls 52% des Français considèrent que l’Etat s’implique suffisamment pour lutter contre l’homophobie alors que 45% considèrent qu’il ne s’implique pas suffisamment (3% ne se sont pas prononcés). La part de personnes considérant que l’Etat ne s’implique pas suffisamment atteint même 52% chez les femmes, 59% chez les moins de 35 ans et 61% chez les sympathisants de la gauche.

Les Français et Le Refuge...

 58% des Français connaissent Le Refuge (contre 34% en 2013)

Interrogés sur la notoriété de l’association, les Français sont 58% à déclarer la connaître, ne serait-ce que de nom, soit 24 points de plus qu’en 2013*. Dans le détail, il est intéressant de noter que la notoriété de l’association est plus importante chez les Franciliens (71%), les moins de 35 ans (69%) et les cadres (69%).

La notoriété de l’association se développe dans la population française et elle est même assez solide : 27% des Français voient précisément quelles sont ses missions et 31% la connaissent mais ne voient pas précisément quelles sont ses missions.

Une excellente image auprès des Français

Parmi les personnes connaissant les missions de l’association, 83% déclarent avoir une bonne image du Refuge, soit un soutien particulièrement acquis auprès des Français informés du rôle du Refuge.

Une mission connue de 42% des Français

La mission de l’association, d’accompagnement psychologique et social à des adolescents et jeunes majeurs rejetés par leurs parents car ils sont homosexuels, est connue par 42% des Français. Ce chiffre se situe 15 points au dessus de la mesure réalisée en 2013*, signe que la progression de la notoriété globale du Refuge s’est faite parallèlement à une progression de la connaissance de sa mission sociale. Si la part de Français connaissant la mission du Refuge est donc de 42%, il faut souligner que certains publics restent à conquérir : seuls 28% des personnes ayant un niveau d’études inférieur au Bac, 30% des périurbains, 34% des 50 ans et plus, et 36% des ruraux connaissent la mission de l’association.

Télécharger les résultats de l'enquête

Cliquez ici

logo


24h/24 et 7j/7
06 31 59 69 50