Tu es victime d'homophobie ou de transphobie ?
Ta famille ne te comprend pas, tu es rejeté ?
Tu ne sais pas vers qui te tourner ?

Montpellier : Audrey Pulvar parmi les soutiens aux jeunes homosexuels du Refuge

Montpellier : Audrey Pulvar parmi les soutiens aux jeunes homosexuels du Refuge

  • Publié le : 16 mai 2013
  • L’association montpelliéraine fête ses dix ans. Elle profite de cet anniversaire pour médiatiser son nom sur fond de mariage pour tous.

    L’association montpelliéraine Le Refuge, qui accueille de jeunes homosexuels rejetés par leurs familles, a essaimé, depuis sa création en 2003, un peu partout en France. Elle fête ses dix ans cette semaine et profite de cet anniversaire pour médiatiser son appel aux dons... Une façon de récupérer un peu de positif d’une exposition, sur fond de mariage pour tous, qui a généré beaucoup de douleurs."Ça a libéré une parole homophobe", observent depuis des mois Nicolas Noguier, le président du Refuge, et son équipe.

    Les vedettes du petit écran soutiennent

    Pour appuyer sa démarche, Le Refuge a reçu le soutien de plusieurs personnalités politiques et médiatiques. L’association "joue un rôle essentiel dans la lutte contre l’homophobie", insiste la présentatrice du JT de TF1, Claire Chazal, dans un clip de témoignages. Ses consœurs de la chaîne D8, Laurence Ferrari, Audrey Pulvar et Roselyne Bachelot, emboîtent le pas, un peu plus fortement encore. Audrey Pulvar dénonce notamment "une société beaucoup trop conservatrice et beaucoup trop dure pour ceux qu’elle considère comme différents". Une autre journaliste, le grand reporter de TF1 Marie-Laure Bonnemain, a elle aussi pris le parti du Refuge et surtout des jeunes exclus par leurs parents : "On est un peu leurs parents et c’est un peu nos enfants (...). Et nous, on les comprend."

    Des artistes, politiques et sportifs aussi

    Les chanteusesJenifer (marraine du Refuge) et Juliette, les politiques Jack Lang, Erwann Binet, Chantal Jouanno, Corinne Lepage et Jean-Luc Romero ou encore le footballeur montpelliérain Rémy Cabella apportent également leur témoignage. Saluant souvent le travail inlassable de celui qu’ils appellent "Nicolas", le président du Refuge.

    LES APPELS D'URGENCE MULTIPLIÉS PAR TROIS

    Le Refuge présentera demain au Sénat, en présence de la ministre Dominique Bertinotti, son rapport national 2012-2013. Et le bilan n’est pas bon... La ligne d’urgence du Refuge reçoit 450 appels par mois en moyenne depuis six mois, contre 150 appels par mois en moyenne de janvier à novembre 2012. L’association a reçu 1 480 appels en 2012 et 5 950 textos. La file active de jeunes actuellement en écoute s’élève à 501.

    L’association fait face aussi à un afflux de correspondances de jeunes en milieu carcéral.Cette hausse se poursuit depuis la signature d’une convention nationale avec le ministère de la Justice. La part des jeunes résidant en milieu rural augmente fortement (+ 25 %) : "L’absence de lieux ressources renforce la sensation d’isolement et conduit à un mal-être grandissant", affirme Le Refuge, qui note aussi "la souffrance des jeunes de banlieues, obligés d’adopter des codes vestimentaires différents selon leur présence au Refuge ou en banlieue". Enfin, l’accueil des jeunes transsexuels "est en augmentation constante" au Refuge : l’association va créer un pôle spécifique au sein de ses délégations.

    A lire aussi :

    Midi Libre - Arnaud BOUCOMONT du 16 mai 2013

    Tags

    #Presse
    logo


    24h/24 et 7j/7
    06 31 59 69 50