Tu es victime d'homophobie ou de transphobie ?
Ta famille ne te comprend pas, tu es rejeté ?
Tu ne sais pas vers qui te tourner ?

  • Vous êtes ici :
  • Accueil
  • Téléchargments

Téléchargements


Muriel Robin ambassadrice de l’appel aux dons hivernal du Refuge

  • 30/10/2017
    • Le Refuge lance sa campagne nationale hivernale d’appel aux dons le 13 novembre 2017. L’association souhaite alerter les citoyens sur l’isolement dont souffrent les jeunes gens du fait de leur orientation sexuelle ou de genre. Elle bénéficie pour cela du soutien de Muriel Robin et de celui du groupe M6 qui diffusera son spot d’appel aux dons. La Direction Centrale de la Sécurité Publique et plusieurs mairies se sont engagées à afficher la campagne institutionnelle du Refuge.

      visuel message soutien muriel robin le refugeChaque campagne hivernale d’appel aux dons du Refuge est un nouveau défi pour l’association nationale de soutien aux jeunes LGBTQI rejetés par leurs proches. Car 75% de ses ressources proviennent de dons privés  ! Les dirigeants du Refuge se sont fixé cette année un objectif de collecte de 400.000 euros, soit un tiers du budget annuel de la structure. Pour les y aider, Muriel Robin a accepté d’être l’ambassadrice de la campagne, un premier engagement pour la comédienne qui a récemment rencontré les jeunes hébergés par la délégation montpelliéraine du Refuge. L’association a aussi sollicité l’ensemble des chaînes de télévision pour une diffusion de son spot vidéo, obtenant le concours immédiat du groupe M6. Des communes affichent déjà ou vont afficher la campagne du Refuge, comme elles le font régulièrement dans l’année. C’est le cas en novembre et décembre de Guingamp, Le Mans et Tournefeuille par exemple. Enfin, la Direction Centrale de la Sécurité Publique s’est engagée à apposer les affiches institutionnelles du Refuge sur les murs des commissariats français.

      En 2017, deux nouvelles délégations et 25% d’appels en plus.
      Le Refuge enregistre de nouveaux pics d’appels de jeunes LGBTQI sur sa ligne d’urgence en 2017 : 1352 à fin octobre, contre 1094 sur toute l’année 2016. Les demandes d’hébergement se font logiquement plus nombreuses : 718 fin octobre contre 651 pour 2016. Enfin le Refuge a officialisé la création de deux nouvelles délégations, au Havre et à Cayenne, et poursuit le développement de son réseau de correspondants, 24 personnes ou équipes relais d’information de l’association dans les départements non couverts par les délégations.

    Tribune du Refuge : Violences faites aux femmes, ça suffit !

    Tribune du Refuge : Violences faites aux femmes, ça suffit !

  • 25/10/2017
    • Le Refuge exprime toute sa solidarité aux femmes qui ont subi, qui subissent encore, cette incroyable violence fondée sur le sexe. Le harcèlement sexuel, cette discrimination de genre, n’a pas de frontières. La discrimination commence par la négation de l’autre, de son sexe, de son choix de vie. Au Refuge, nous connaissons bien les conséquences de ces comportements discriminants : angoisse, stress, évitement, silence, et l’enfermement dans lequel on s’imagine protégé.e pour ne pas subir plus… Tant d’échappatoires que les discriminé.es mettent en place pour continuer d’évoluer au sein de leur famille, dans la rue, au travail. Partout.

      Il n’y a pas de petite ou de grande discrimination dès lors qu’il y a un regard imposé, une relation forcée, un échange non désiré… Le sexisme est une violence qui commence au quotidien.

      L’équipe du Refuge est si attachée à la liberté pour chacun.e d’être reconnu.e tel.le qu’elle ou il est, si attentive au respect de l’intégrité des hommes, femmes, trans ou intersexe, qu’elle ne peut que s’indigner des violences verbales qui surgissent suite aux déclarations des femmes osant clamer ce qu’elles ont vécu. Une fois de plus, devront-elles se réfugier dans le silence, dans la crainte d’être jugées, dans la honte d’avoir supporté sans oser réagir à temps ? Ça suffit !

      Place à l’expression des victimes !

      Les femmes qui ont peur, qui se taisent, celles qui osent s’exprimer et les autres, toutes les autres, ont le droit de dénoncer ce qu’elles ne veulent plus subir ! Une blague déplacée, un geste non consenti, un acte sexuel imposé : oui, ces violences sont tellement insupportables qu’il est très douloureux, pour certaines femmes, de les nommer. Comment ne pas être solidaire ? Comment ne pas soutenir nos sœurs, nos mères, nos amies, nos amours face aux comportements violents, graveleux ou simplement déplacés ?

      Les femmes ont le droit de dire NON ! Elles sont victimes d’une société qui ne les considère pas et qui, au contraire, les incite à se taire. Au Refuge, nous les encourageons à s’exprimer plus encore, à ne céder sur rien ! Nous les incitons à se tourner vers leurs proches, vers les associations, les institutions qui vont les écouter, les accompagner dans leurs démarches forcément difficiles, forcément salutaires… Pour elles, pour leurs filles, pour nous toutes et tous : les conséquences, c’est maintenant.

      C’est pourquoi les bénévoles, les salariés et les jeunes du Refuge souhaitent témoigner de leur solidarité active auprès de toutes les femmes battues, violentées, bafouées, moquées pour ce qu’elles représentent : un sexe féminin.

      Marie-Claude FARCY, secrétaire générale de l’association nationale Le Refuge

      Nicolas NOGUIER, président de l’association nationale Le Refuge

      Frédéric GAL, directeur général de l'association nationale Le Refuge

    logo


    24h/24 et 7j/7
    06 31 59 69 50