Urgence 24h/24 : 06 31 59 69 50

Pascal Parant

Collège des personnalités qualifiées

​J’ai 50 ans, je suis ingénieur aéronautique de formation, Vice-président Corporate Marketing d’un grand groupe de maintenance et services aéronautiques international. Dans ma vie personnelle, j’ai 3 passions majeures : l’aéronautique, l’opéra et les arts de la table au sens large.

​J’avais entendu parlé du Refuge au travers d’émissions télévisées. Je suis également un grand fan de Roselyne Bachelot que je croise parfois à l’Opéra, et j’avais noté son implication auprès de l’association. J’avais également entendu parlé de Nicolas Noguier, le Président Fondateur du Refuge, de son action et de son incroyable implication. J’ai vu en lui cette même humanité, détermination et profondeur que j’avais ressenti lors d’une de mes plus grandes rencontres de ma vie, celle avec Sœur Emmanuelle.

Un jour, j’ai voulu en savoir un peu plus sur Le Refuge et sur Nicolas. J’ai vu qu’il y avait une réunion d’information avec un film de présentation, en région parisienne. Je m’y suis donc rendu. On ne peut qu’être touché et ému par les films de Pascal Petit, si justes et si vrais ! À l’issue de la projection en question, Frédéric Gal, le Directeur général de la structure, est également  intervenu. Suite à cela, toute l’assistance présente voulait s’impliquer et apporter sa contribution financière ou personnelle. Je me suis alors demandé comment je pourrais les aider à titre personnel.

Etant pilote privé, j’ai proposé de faire une journée découverte aéronautique avec les jeunes. Ainsi, 5 jeunes et une bénévole sont arrivés un samedi à mon aéroclub et j’ai pu leur faire découvrir ma passion pour ce domaine. Nous avons ensuite déjeuner tous ensemble puis effectué une visite de la ville de St Quentin. Je me souviendrais toute ma vie de la joie qu’ils avaient pu ressentir à ce moment-là. Cerise sur le gâteau, un attelage équestre est arrivé sur le parking pour clôturer cette belle journée ! L’une des jeunes présente était passionnée par les animaux et voulait trouver un travail dans ce secteur. Une complicité s’est installée instantanément entre elle et les chevaux. C’était magique. Les jeunes sont repartis avec des étoiles plein les yeux et les miens étaient humides !

Nous avons ensuite continué d’échanger avec Nicolas et lors de mes vacances de 2016, toujours avec le DR400 de mon aéroclub, je suis passé par Montpellier, là ou est installé le siège du Refuge. Nicolas m’avait en effet demandé si je pouvais faire des vols de découverte pour les jeunes de la délégation départementale. Initialement, nous pensions avoir une demi douzaine de jeunes comme à Paris. Nous étions finalement 19 personnes ! Ce fut encore un grand moment d’émotion pour moi, notamment lorsqu’un jeune me déclara à l’issu du vol : « Monsieur, ça fait plus de 2 ans que je n’ai pas ressenti ça, mais aujourd’hui, avec cette journée, je suis heureux ». C’était très fort et ça m’a secoué intérieurement.

Après ces baptêmes, nous sommes restés en contact avec Nicolas et Frédéric. Il y a en eux cette même flamme au service des autres que d’illustres prédécesseurs qui ont œuvré dans l’humanitaire.

Ayant une certaine présence et aisance dans les réunions publiques, et adepte du costume cravate pour ce genre de rendez-vous officiels, j’ai pu représenter Le Refuge à plusieurs occasions en région parisienne à la demande de Nicolas. Ce fut un honneur et un plaisir à chaque fois.

Le passage en Fondation du Refuge est la reconnaissance de l’immense travail de Nicolas, Frédéric, des salariés et bénévoles, ainsi que de toutes celles et ceux qui œuvrent à la cause de la structure ! Les bases du système de soutien aux jeunes LGBT+ sont reconnues depuis plusieurs années. Puis n’oublions jamais ce pourquoi Le Refuge existe… la mise à la porte des jeunes de chez eux à cause de leur orientation sexuelle. Le Refuge est là pour les accueillir dans un esprit de grande famille, afin qu’ils puissent se reconstruire. Et pour éviter cela, il y a également les Interventions en Milieu Scolaire (IMS), autre mission sur laquelle Le Refuge est très présent. En effet, une éducation et une prévoyance des discriminations en amont peuvent éviter certaines situations de rejet.

Depuis 17 ans, les équipes du Refuge ont travaillé d’arrache-pied pour développer des programmes de suivis performants et individualisés. Là où des structures étatiques montrent parfois leurs limites (aide à l’enfance, familles d’accueils, …), Le Refuge a lui su développer un modèle efficace, humain, basé sur un réseau de bénévoles et de salariés.

La transformation de la structure en Fondation n’en est que la juste reconnaissance. Je pense qu’il faut continuer de s’ancrer sur nos bases et continuer à développer pour répondre aux changements de la société, notamment sur le plan international.

​J’ai rejoint le Conseil d’Administration du Refuge à la demande de Nicolas et j’en ai été très touché. Mon apport sera surtout sur des missions de représentation, de networking et de levée de fonds.

Ce n’est que le début d’une nouvelle page pour Le Refuge. Et la seule fin que je souhaite est la fin de toutes formes de discriminations, du rejet de ses enfants parce qu’ils ne suivent pas la voie dont leurs parents rêves, la fin de la souffrance à l’école des jeunes qui souhaitent être uniquement ce qu’ils sont et qui parfois sont les souffre-douleurs de leurs camarades.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.